Les mystères de la nuit et la santé

a9afb2b6-56b5-4614-855f-249cc6fc56e7

Nous avons lancé une recherche très approfondie sur le SOMMEIL et la NUIT tant il nous semble que cette dimension est fondamentale. Les mystères de la nuit dépassent certainement ce que nous savons actuellement sur les rôles du sommeil et sur ce qui se met en place durant cette période pour préserver notre équilibre et notre santé.

Cette recherche est bien entendue globale et traite de tous les systèmes qui vont construire un bon sommeil.

Les dimensions abordées permettront en particulier de mieux comprendre les rapports entre le monde de la nuit et:

Columna vertebralisL’OSTEOPATHIE

L’équilibre de l’architecture humaine est totalement dépendante de la dimension nuit. Les troubles ostéopathiques, les douleurs, les blocages dépendent de ce qui se passe dans la nuit. Leur correction et leur stabilisation également.

L’INTERFACE CONSCIENT INCONSCIENT

La nuit, nous devrions construire nos projets futurs alors que bien souvent, nous nous connectons à nos mémoires inconscientes passées que nous essayons de régler en vain. Le sommeil n’est pas réparateur, les rêves, s’ils existent, nous perturbent, le sommeil qui devrait « fluidifier les rapports conscient inconscient » ne joue plus son véritable rôle.

L’IMMUNITE 

Le système immunitaire se construit prioritairement durant notre sommeil. Il s’agirait notamment d’un pic de sécrétion de neuro médiateurs ou d’hormones tels que la dopamine ou la prolactine qui agirait sur le renforcement de nos défenses immunitaires durant la nuit. L’équilibre intestinal est également dépendant de notre sommeil. Et sa fonction immunitaire également.

LA MATURATION DU CERVEAU ET LA PLASTICITE CEREBRALE

Le sommeil assure ce rôle durant les premières années de la vie alors que le système nerveux est en pleine construction. Le sommeil joue cette fonction dès la vie intra-utérine. Même à l’âge adulte, il existe des systèmes de régénération et de plasticité neuronale qui se mettent en place ou pas en fonction de la qualité du sommeil. Le sommeil, en particulier le rêve, vont construire de nouvelles connexions neuronales qui vont structurer l’action future. C’est le phénomène de plasticité.

LES SYSTEMES DE RECONSTRUCTION ET REGENERATION

C’est durant la période de sommeil que nos cellules se régénèrent. L’exemple de la peau est très parlant :  la nuit est le moment privilégié de la cicatrisation et du renouvellement naturel des cellules épidermiques. Le système neurovégétatif est également très impliqué dans cette période nocturne.

Brain waves

L’AMELIORATION DE L’HUMEUR ET LES NEUROMEDIATEURS

Le manque de sommeil ou un mauvais sommeil peut construire un état dépressif ou hyperactif. Le sommeil est également initiateur des grands équilibres des neuromédiateurs centraux.

LES RÊVES

« Les rêves sont une nécessité biologique et forment une fonction d’intégration et de récupération aussi importante que nos grandes fonctions physiologiques. » (Pr. P. Magnin)

« Le rêve rend opérationnel les conditionnements innés de nos systèmes neuronaux. C’est le gardien de l’équilibre psychique et des comportements spontanés. Le rêve est une protection contre les erreurs de comportement, la déraison, les actes inconsidérés, les influences perverses et néfastes. » (Pr. M. Jouvet)

Pour Jung, le rêve a une fonction de régulation et de compensation du psychisme conscient. Il exprime une réaction de l’inconscient face à la vie psychique, émotionnelle et instinctive consciente.

LES PHASES DU SOMMEIL ET LES CYCLES

Le sommeil comprend plusieurs phases avec des épisodes de sommeil paradoxal*. Chaque cycle se structure en 4 phases, une période de sommeil paradoxal et 2 périodes qui créent le lien entre veille, sommeil et réveil. Certaines personnes n’arrivent pas à véritablement rentrer dans un sommeil profond. D’autres, en particulier avec les traitements psychotropes, ne vivent pas de phase paradoxale. Il est nécessaire de comprendre et d’analyser l’individu de façon spécifique par rapport à ces éléments.

*Le sommeil paradoxal est une activité rythmique et involontaire du système neuropsychique (découvert en 1960, Pr. M Jouvet à Lyon). Depuis une centaine de millions d’années, la Nature maintient cette fonction chez les espèces les plus différenciées et homéothermes comme les oiseaux et les mammifères.

LES ONDES CEREBRALES

Un adulte éveillé émet habituellement des ondes alpha et beta. Durant la phase d’endormissement (stade 1), l’activité alpha diminue et s’évanouit. Le sommeil léger apparaît (stade 2) avec des pics d’activité bêta et des formes d’ondes complexes (fuseaux et complexes K).  Arrive le sommeil profond (stades 3 et 4) avec une activité cérébrale de faible fréquence (delta). Lors des phases de sommeil paradoxal, des rêves et des mouvements oculaires rapides, on retrouve un pic d’activité beta.

Une première journée de formation, dédiée à cette recherche, s’est déroulée le 15 novembre 2014 aux Arcs sur Argens.

Commentaires

Ecrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *